Paradis fiscaux : les 10 pays où l’on paye le moins d’impôts

Paradis fiscaux : les 10 pays où l’on paye le moins d’impôts

Certains territoires ne taxent pas, ou alors très faiblement, leurs résidents. Six des dix destinations où s’expatrier pour payer le moins d’impôts se situent en Europe.

Le cabinet Bradley Hackford a le sens du timing. Chaque année, au moment où les premiers Français s’affairent à leur déclaration d’impôts, le spécialiste de l’expatriation internationale sort son classement des pays les moins fiscalisés du monde. C’est-à-dire des contrées où on ne paie pas, ou alors très peu, d’impôt sur le revenu.

Le taux de pression fiscale sur les personnes physiques n’est pas le seul critère sur lequel le cabinet a fondé son palmarès des destinations les plus attractives fiscalement. Sont aussi pris en compte :

La qualité de vie du pays ainsi que l’offre immobilière qu’il propose
La sécurité juridique et physique
La qualité du programme d’investissement économique éventuellement développé par le gouvernement local pour favoriser l’investissement de nouveaux résidents dans le pays. La rapidité de traitement des dossiers déposés fait aussi partie des critères.
La situation géographique du pays, son accessibilité et les centres d’intérêts qu’il propose.
Le tableau ci-dessous liste les 10 paradis fiscaux où il vaut le mieux s’expatrier.

A noter que le Portugal, 5e pays le plus attractif, fiscalement parlant, en 2016, sort du classement cette année. En cause, la lenteur de la procédure. Dans le cas du programme golden visas, pourtant lancé en 2012 pour faciliter l’obtention de ce sésame de façon rapide et dans des conditions peu contraignantes, celle-ci peut prendre plus d’un an. Toutefois, nuance le cabinet, «le pays demeure intéressant pour des profils spécifiques, notamment pour les retraités». Autre fait marquant, le retour de la Suisse dans ce palmarès, portée par la sécurité du pays, son emplacement géographique et la qualité de ses infrastructures. Enfin, la principauté d’Andorre reprend du galon grâce à la modernisation de ses infrastructures.

Bradley Hackford fait également état, dans son rapport, d’un «développement de la concurrence fiscale entre pays, avec l’apparition de nouveaux statuts fiscaux destinés aux nouveaux résidents fortunés celle-ci peut prendre plus d’un an». Et de citer l’Italie, venue marcher sur les plates-bandes de la Suisse, avec un forfait fiscal de 100 000 euros par an permettant à ceux qui s’en acquittent de ne payer aucun autre impôt sur leurs revenus de source internationale.

Text propietat: https://argent.boursier.com/impots/actualites/expatriation-les-meilleures-destinations-fiscales-pour-2017-4228.html